Dans le mot foyer, on retrouve aussi bien l’emplacement du feu que celui de la famille. Et rien ne vaut un bon repas autour du feu pour pouvoir discuter, échanger, rigoler. Les belles histoires, qui au-delà des péripéties rencontrées, se terminent toujours par un grand repas fédérateur. Où les corps repus se relâchent pleinement pour profiter du moment présent, savourer, le plaisir d’être ensemble et de partager nos expériences. Au creux de la forêt, le foyer qui rassemble, réchauffe et nourrit était un élément essentiel pour permettre de redonner vie au jardin.

Il était une fois … l’histoire du FOUR DU JARDIN ECOLOGIQUE.

Comme à l’habitude, cette idée est venue à la suite des nombreuses discussions animées lors des ouvertures du jardin. Trois membres de l’association se sont ainsi mis ensemble pour apporter la première pierre de cet organe vital du jardin. Après de nombreuses recherches sur internet et d’expériences auprès de gens ayant déjà construit des fours, elles ont proposé d’opter pour un four assez surprenant.

Dès que l’on imagine un four, automatiquement, il est accompagné d’une cheminée. Tout le monde le sait, « Il n’y a pas de fumée sans feu » et l’inverse tient aussi ! Il est donc tout logique de penser à l’évacuation de celle ci.
Mais le four proposé ici a plus d’un tour dans son sac. Dissimulé dans sa carapace de tortue, il fait un joli clin d’œil à la rivière du jardin !
En forme de dôme, il possède une seule ouverture, porte et cheminée à la fois. Du deux en un !

 

1er chantier : Le socle et l’expérimentation des mélanges

 

Une fois le projet mûrement réfléchi et le plan d’action défini, il était temps de se mettre au travail !

La première étape a consisté à récupérer de la terre. Pour cela, nous sommes allez aidé à l’aménagement d’un jardin collectif de Villeneuve-d’Ascq. En creusant le fossé pour eux, nous avons récupéré la précieuse matière qui allait nous permettre de construire le four. Une fois la terre trouvée, il nous fallait chercher un endroit pour obtenir de la paille. Nous sommes donc allées à la Ferme Marcel d’Hénin, où les personnes sur place nous ont très bien accueillies. Elles ont partagé leur expérience de la construction de leur four à pain, du même type que celui que nous avons choisi pour le Jardin Écologique. Et après leur avoir expliqué notre projet, elles nous ont donné la paille nécessaire pour la construction du four.

Et voilà, nous avions tous les matériaux. Après une petite soirée cuisine pour préparer la nourriture pour les bénévoles le lendemain et nous étions prêtes !

Et c’est parti pour les explications afin que tout le monde comprenne l’ensemble du projet.

Nous pouvons alors commencer à préparer le socle en bois qui supportera les centaines de kilos du four.

La base de la structure est réalisée en emboîtant des madriers de bois

Pour tester la résistance des différents mélanges, nous avons fait des échantillons séchés en accéléré.

Après une journée bien remplie, nous avons fini le socle du four.

Maintenant que nous avons le support qui accueillera le four. Nous allons pouvoir entrer dans le concret. La création de la sole du four sur laquelle nous viendrons poser les plats, pizza, pain et autres.

 

II) La création de la « sole »

Nous avons suivi la méthode de réalisation qui est expliqué sur le site : http://www.onpet c’est parti eutlefaire.com/ilslontfait/ilof-four-a-pain-en-terre-crue.php

Et voila, sous le soleil matinal de juin, nous pouvions reprendre le chantier. Et encore une fois, on commence par le début ! Les explications collectives ! Elles permettent à chaque fois de rappeler ce qui s’est passé auparavant et explique ce que l’on va faire dans la journée pour que tout le monde puisse être maître du projet et participer à sa façon à son évolution.

Les échantillons réalisés la semaine précédente ont été décortiqué et comparé.

 

La paille est découpée en bout de longueurs différentes selon les couches.

La terre est tamisée et tous les cailloux sont enlevés pour sélectionner le plus d’argile possible.

 

Les mélanges sont alors préparés dans de grandes poubelles

 

 

 

 

En même temps, des clous sont plantés dans le socle pour y faire adhérer la sole.

 

Les mélanges sont ensuite étalés sur le socle afin de former un cercle.

 

La terre est ensuite tassée.

 

Puis, la base de la sole est égalisée et mise à niveau.

 

Pendant que la sole est façonnée, d’autres préparent la fabrication de la porte

 

Et voila, la sole est façonnée, le four se dessine peu à peu !

 

Abrité pour la semaine, plus qu’une étape pour finir la construction !

 

III) La carapace de la tortue

Maintenant que le base du four est montée. Il ne nous restait plus qu’à réaliser le dôme. Mais comment faire tenir la terre ? Tout simplement en utilisant un moule de sable, que nous enlèverons par la suite quand la terre aura séché.

Et oui, même au bout du troisième chantier, on commence en reprenant par le dessin et la théorie !

Le gabarit découpé dans le carton déterminera la forme et la taille du four.

En parallèle, nous récoltons de la terre prélevée, de l’or de terre !

Qui une fois malaxée et mélangée à l’eau devient une légère barbotine.

Une petite pause s’impose !

La sole est désormais prête à être complétée par le dôme.

Et c’est parti pour le façonnage du moule en sable !!!

Et voilà le moule est formé !

Et maintenant le temps de le recouvrir le four de ses dernières couches

 

Après deux mois de séchage, le four est prêt à être utilisé ! Avis aux amateurs !

Pin It on Pinterest

Share This